Commissariat Général
au Plan

Union des Comores
Unité - Solidarité - Développement
Présidence
Commissariat général au Plan
Le Programme de création d'emplois rapides : le nouveau concept comorien pour repousser le chômage de masse

Le Programme de création d'emplois rapides : le nouveau concept comorien pour repousser le chômage de masse

03/06/2017

Université des Comores

Personne ne reste indifférent devant ce concept de création d'emplois rapides qui a vu le jour en Union des Comores. Beaucoup s'interrogent sur la signification même de ces termes peu orthodoxes qui font figure d'ovnis dans la nomenclature traditionnelle. Le plus souvent, les premières réactions qui font suite à l'évocation de ce programme montrent que les premiers termes sont aisément compréhensibles. Effectivement, la création d'emplois est un sujet mainte fois évoqué dans tous les pays du monde, mais pourquoi donc y ajouter le qualificatif de rapide ? Qu'est-ce qui est rapide ? Et comment comptons-nous réduire le chômage à travers ce nouveau concept ? Avant d'apporter des réponses à ces questions, revenons d'abord sur les faits qui ont conduit à la création de ce programme : le chômage de masse qui sévit dans toutes les catégories d'âges et particulièrement chez les jeunes.

L'Union des Comores souffre d'un taux de chômage très élevé particulièrement chez les jeunes où il s'élève à 41,6% pour les jeunes entre 15 et 30 ans. Il est également beaucoup plus accentué chez les femmes avec un taux 54,1%. Il faut noter également que chaque année l'Université des Comores forme en moyenne 1700 nouveaux jeunes diplômés. À cela, il faut y ajouter des milliers d'autres ayant fait leurs études à l'étranger. Le chômage est donc non seulement très élevé, mais tend également à s'accentuer au fil des années.

Graphique illustrant le taux de chômage selon le sexe et les groupes d'âges

Taux de chômage selon le sexe et les groupes d'âge

Face à cette situation fort préocupante et afin de répondre à l'urgence de la situation, le Gouvernement a donc mis en place le Programme de création d'emplois rapides qui vise à redonner de l'espoir aux Comoriens avec l'objectif de créer 3000 emplois en moins d'une année. Le Programme a été présenté pour la première fois lors du premier séminaire gouvernemental. Il a été élaboré au Commissariat général au Plan sous l'œil avisé de Monsieur Fouady Goulame, Commissaire général au plan et peaufiné par le Secrétaire général du Gouvernement, Monsieur Idaroussi Hamadi. Pour son élaboration, nous sommes partis d'emblée avec les contraintes suivantes : créer de l'emploi durable sans augmenter la masse salariale de l'État, de façon rapide et de surcroît avec des moyens financiers limités. De prime abord cela peut sembler trop ambitieux, mais en s'y attardant un peu, nous pouvons remarquer que les résultats attendus sont loin d'être utopique. En effet, nous nous sommes basés sur des secteurs où la demande existe déjà. Les mesures qui seront prises d'ici peu sont avant tout des mesures pour organiser et faciliter la création d'emplois pour répondre à une demande déjà existante.

Tableau des estimations d'emplois à créer par secteur

Tableau des emplois a créer

Afin de répondre à ce challenge, bon nombre de secteurs à forts potentiels ont été étudiés afin de permettre de créer 3000 emplois sur une période d'un an. Chaque secteur présenté ici a été étudié préalablement. Les différents secteurs choisis sont : l'Immobilier, la Santé, le secteur des finances, le secteur foncier, l'Education, la Pêche et enfin un secteur transversal qui permettra grâce à un programme de volontariat de créer de l'emploi dans différents secteurs. Pour y parvenir, de nombreuses mesures vont être prises afin de mener à bien les différents projets dans chaque secteur. Le Gouvernement a désormais pris à bras-le-corps le chantier de l'emploi qui fût jusqu'alors très souvent délaissé. Il est aujourd'hui plus que primordial de donner de l'emploi aux Comoriens afin d'améliorer significativement leurs conditions de vie, atteindre l'émergence et faire des Comores une référence en matière de développement.

Nadhoir ATTOUMANI

© Commissariat Général au Plan 2020